Fiches pédagogiques

Visiteurs
7865
Articles
27
Compteur d'affichages des articles
227182

Remerciements

Nous souhaitons vivement remercier :

- la fondation Clément et tout particulièrement B.Hayot - qui nous a ouvert les portes de l'habitation Pécoul - et F. Plasse pour son accueil et ses conseils.

- la cellule TICE de l'académie, L.Richer et S. Birband, qui nous ont soutenu et nous ont permis de nous équiper pour réaliser ce projet.

- A. Thillay (responsable des TRAAM) qui pense toujours aux DOM.

- M.Fricoteaux (IPR Académie Martinique) pour la confiance qu'il nous accorde.

- tous ceux qui ont oeuvré à un moment ou à un autre pour que ce site fonctionne.

Sources et droits

Les documents de ce site sont libres de droits, nous les avons trouvés sur des sites officiels et nous avons systématiquement demandé l'autorisation d'utiliser les documents à des fins pédagogiques.


- Images Le Clerc: issues du site Gallica (BNF)

http://gallica.bnf.fr/


- Images Encyclopédie : issues du site de l'Université de Chicago

http://portail.atilf.fr/cgi-bin/getobject_?a.136:24./var/artfla/encyclopedie/textdata/IMAGE//


Page en travaux!

Histoire des Arts

Article en construction.

Plusieurs thèmes vont être développés:

- l'architecture des habitations

- la représentation du monde de l'habitation

- la représentation des noirs dans l'art du XVII-XVIII-XIXe siècles.

- la musique 

- le métissage des cultures

mémoire de l'esclavage

Cette page est consacrée à la mémoire de l'esclavage, on y proposera notamment :

- un dossier sur les oeuvres d'art qui commémorent l'esclavage (statues, etc.)

- un dossier sur la loi Taubira

Page en travaux!

Présentation de l'habitation Pécoul


Présentation Habitation Pécoul :


Pour la voir du ciel dans googlearth cliquez ici.


Afficher Habitation Pécoul sur une carte plus grande

L’habitation Basse-Pointe, ancien nom de Pécoul, était à l’origine propriété de Claude Pocquet (Directeur Général de la Compagnie du Sénégal aux Isles, Capitaine de milice, Conseiller au Conseil Souverain de la Martinique, anobli en 1703) dans la seconde moitié du 17e siècle.

Sa concession, qui selon le père Labat (in Nouveau Voyages aux Isles de l’Amérique) "était large de douze cens pas sur trois mille pas de haut", fut par la suite découpée en longueur au profit d’André François Courtois, de Pierre Marce gendre de Courtois (1725), du sieur Gabriel Jourdain Dubois (1726), de dame Catherine de Macquaire de Grandcourt (épouse de Dubois), des héritiers Boisjourdain jusqu’en 1745.

Elle fut transmise à des propriétaires parisiens tout au long du 18e siècle, puis rachetée en 1777 par Jean François Pécoul, gendre du géreur de l’habitation, M. Louis Pérez héritier Boisjourdain, et propriétaire de l’habitation La Montagne à Saint-Pierre. Il lui donnera son nom définitif. La maison principale y était déjà le centre de l’organisation spatiale, autour duquel rayonnaient les cases de travailleurs et les bâtiments industriels.

Le fils cadet de Jean François Pécoul, Auguste François, devint député de la Martinique en 1848. Sa fille, Augusta, mariée à Henry d’ Origny s’installa sur l’habitation en compagnie de son fils, François Louis d’ Origny, en 1920. C’est elle qui restaurera l’ensemble dans ses formes actuelles.

L’habitation Pécoul se situe entre l’habitation Moulin l’Etang à l’ouest et l’habitation Chalvet à l’ Est. On y accède par une grande allée de cocotiers, classée monument historique, limitée à l’entrée de la maison par deux piliers que prolongent un muret de clôture, en moellon sans chaîne en pierre de taille, recouvert d’enduit. La propriété s’allonge sur une bande de  terre et totalise une superficie d’environ 176 hectares. Elle se situe à près de 500 mètres de la mer. La maison principale est le centre du domaine. Les bâtiments industriels et la pièce d’eau, comportant une cascatelle dont les eaux proviennent de la rivière Pocquet, se trouvent derrière l’élévation postérieure. Les dépendances, les cases de travailleurs et les jardins sont situés au nord de la maison.

Monument historique, la maison de maître, datée de 1760, s'inspire du style de la région bordelaise. Le bâtiment rectangulaire, sans véranda, est surmonté d'un étage de superficie plus réduite, harmonieusement raccordé au rez de chaussée. Les parties pleines des murs sont en pierre de taille importées d'Europe, matériau qui signait la noblesse d'une demeure. La façade opposée à l'entrée s'ouvre sur un terrain en pente douce comportant un plan d'eau. 

 Le plan d'eau et les jardins ont été dessinés par Augusta Pécoul, à la fin du XIXème siècle, mère du vicomte d'Origny, lequel habitait Paris mais séjournait régulièrement en Martinique.


arbre généalogique famille Pécoul